Ma position sur le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire

Je tiens à vous faire part de ma position sur le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire

En premier lieu sur la forme. Les délais qui nous ont été imposés pour l’examen de ce projet de loi n’étaient ni tenables, ni admissibles eu égard à l’importance de ce texte. En effet, seules quelques heures nous ont été accordées pour l’étudier. Avec de nombreux de mes collègues, nous avons participé pendant 2 jours complets et jusqu’à 6 heures du matin le dernier jour afin de débattre de ce texte. Les échanges auront permis des avancées importantes et montrant l’importance du débat parlementaire.

En second lieu sur le fond. L’extension du Passe sanitaire pose de sérieuses questions, en particulier sur son applicabilité et sur son efficacité. Certaines mesures sont inappropriées et les délais d’application sont bien souvent trop courts, ne permettant pas aux personnes de bénéficier d’un schéma vaccinal complet avant la mise en application. Par ailleurs, des incohérences profondes ont été soulevées durant les débats à l’Assemblée nationale. A titre d’exemple : comment justifier qu’un Passe sanitaire soit nécessaire dans un TGV entre Nancy et Paris, mais pas dans un TER faisant le même parcours, ou bien encore dans un métro bondé ?

Si le Passe sanitaire divise, une autre solution aurait pu être mise en place. En effet, comme l’indique l’Académie nationale de Médecine, la seule véritable protection est l’immunité collective. Ainsi, la vaccination est une arme pour lutter contre la propagation du virus et de ses différents variants. Compte tenu des conditions de production des vaccins contre la Covid-19, il était réaliste de rendre la vaccination obligatoire pour tous et pas seulement pour certaines catégories. Rappelons qu’ont été rendues obligatoires les vaccinations contre la diphtérie en 1938, contre le tétanos en 1940 et contre la poliomyélite en 1964 et que celles-ci ont été éradiquées. Cependant, avec mes collègues députés, nous avons soutenu des amendements, notamment afin de mettre en œuvre le passe sanitaire ou de nous opposer à d’autres mesures, en particulier concernant le licenciement d’agents ou de salariés ne souhaitant pas se faire vacciner.

Aussi, j’ai fait le choix de m’abstenir sur ce texte, en votant contre le passe sanitaire tel qu’il est proposé et en étant très favorable à la vaccination pour l’ensemble de la population.

Vous trouverez ci joint l’analyse du scrutin en présentiel sur ce texte : https://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/3943

La Commission Mixte Paritaire ayant trouvé un accord, il n’y a pas eu de seconde lecture.

Réalité niée par le journaliste de Vosges Matin