Article de Vosges Matin : « Covid-19 : les députés Cherpion et Gaultier s’abstiennent sur la loi sanitaire et s’expliquent »

Vous trouverez ci-dessous l’article de Vosges Matin d’hier dans lequel se trouve un rectificatif suite à l’article du 27 juillet dans lequel il était indiqué que Gérard CHERPION et Jean-Jacques GAULTIER étaient absents dans le cadre du projet de loi sur la gestion de la crise sanitaire.

Gérard CHERPION confirme que le journaliste de Vosges Matin a fait preuve de désinformation et de propos mensongers, dans la mesure où les deux députés vosgiens étaient bien présents lors du scrutin en première lecture et que pour l’un il n’a été qu’une seule fois contacté par Vosges Matin et pour l’autre n’a jamais été appelé.

« Les députés des deuxième et quatrième circonscriptions des Vosges, Gérard Cherpion et Jean-Jacques Gaultier, absents à l’Assemblée nationale lors du vote de la version finale du texte sur la gestion de crise sanitaire, ont tenu à nous donner leur position sur le sujet et évoquer leur action pendant les débats.

Après trois jours de débats électriques – deux jours à l’Assemblée nationale et un au Sénat – la version finale du projet de loi relatif à la crise sanitaire a été adoptée ce dimanche par 156 voix pour, 60 voix contre et 14 abstentions. Lors de la commission mixte paritaire qui s’est tenue ce week-end, députés et sénateurs se sont entendus sur une version commune, apportant quelques modifications.

S’ils disent n’avoir pas pu participer à ce vote final, car prévenus trop tard, les députés Les Républicains Gérard Cherpion et Jean-Jacques Gaultier ont voulu apporter quelques précisions suite à notre article paru ce mardi et intitulé « Loi gestion de crise sanitaire : comment ont voté les parlementaires vosgiens »

Si Gérard Cherpion nous accuse à tort de « désinformation et de propos mensongers », les deux élus rappellent leur investissement : « Avec Jean-Jacques Gaultier, nous avons participé à la totalité des débats du mardi au jeudi matin, 5 h 39, heure du vote du texte (avant qu’il ne soit revu par le Sénat et revienne au Parlement). J’ai pris une position claire pour chacun des articles », tient à souligner le parlementaire déodatien de la deuxième circonscription des Vosges.

« Les vaccins ont montré leur efficacité »

Avant de nous livrer sa position : « J’ai voté contre le pass sanitaire , car ce texte est inapplicable. Par exemple, si vous prenez le TER, vous n’en avez pas besoin, puis vous en avez besoin pour prendre le TGV, puis vous n’en avez de nouveau plus besoin pour prendre le métro. C’est absurde. »

Quant à la vaccination obligatoire, Gérard Cherpion se dit favorable : « C’est la seule solution. Les vaccins ont montré leur efficacité et ont permis d’éradiquer de nombreuses maladies. J’ai des amis qui sont décédés de la Covid dans mon entourage relativement proche et des collègues à l’Assemblée. En revanche, je n’ai vu personne mourir du vaccin », précise-t-il, évoquant un problème de timing du gouvernement qui aurait dû profiter de la légère accalmie et de la baisse temporaire des indicateurs pour « faire de la pédagogie, encourager et inciter fortement les gens à se faire vacciner ».

Des avis entièrement partagés par son homologue de la plaine : « J’ai soutenu la vaccination comme élu et médecin, mais en votant de nombreux amendements contre le pass sanitaire difficilement applicable dans ses modalités et son calendrier », explique Jean-Jacques Gaultier. Si bien que la position globale des deux élus vosgiens sur l’ensemble du texte est à « l’abstention tant sur le fond que sur la forme ». »